Sékou Sala Traoré, Pca de la coopérative Ecaf-HS

Du 7 au 14 mai dernier, l’association des présidents des conseils d’administration des Coopératives de Café-cacao (Aspcacc) a participé à l’île Saint-Denis et à Meaux en France à la foire du Chocolat bio et du marché artisanal. De retour en Côte d’Ivoire, nous avons échangé avec le Pca de l’Entreprise coopérative agricole fraternité du Haut-Sassandra (Ecaf HS).

  • Vous venez de rentrer tout fraîchement de la France où vous avez pris part à la foire du chocolat bio et du marché artisanal de l’île de France. Comment avez-vous vécu ces moments?

En ma qualité de membre de l’Association des présidents de Conseils d’administration des coopératives de café-cacao (Ndlr : Aspcacc) j’ai fait partie de la délégation qui a participé à la foire bio et du marché artisanal de l’île de France. Ca été des moments de rencontres, de partages d’expériences mais également de prospection.

  • Quel était l’objectif visé?

L’objectif était de mettre en valeur les produits agricoles, notamment le cacao que les membres de l’Aspcacc cultivent surtout le cacao biologique. Nous avons eu l’occasion de parcourir plusieurs départements où nous avons exposé notre expertise et notre savoir-faire en matière de transformation à petite échelle du cacao. Cela a été fort apprécié en France. Il y a eu un réel engouement pour le cacao biologique que nous produisons. Pour les quelques coopératives qui ont commencé à transformer, c’était l’occasion de présenter leurs tablettes de chocolat. Le public français qui s’est déplacé dans nos différents stands a fortement apprécié nos produits.

  • Quelle est la différence d’avec ce qu’ils ont l’habitude de consommer chez eux?

La différence est que nos produits sont 100% pur cacao alors que chez eux ce qui est proposé dans les surfaces de vente est de 40% cacao et 60% de matières étrangères. Nos produits, purement biologique, on donc retenu l’attention des consommateurs français qui sont passés dans nos stands. Lire la suite sur aspcacc.ci