@informateur- Invité du petit déjeuner de presse de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), le ministre des Ressources animales et halieutiques, Sidi Tiémoko Touré, a présenté, jeudi, les cinq axes stratégiques de la politique nationale de développement de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture (PONADEPA 2022-2026).

Articulée autour du thème “l’autosuffisance en protéines animales et halieutiques face au défi de l’employailité de la jeunesse”, cette rencontre avec la presse nationale et internationale a été l’occasion pour le ministre Sidi Tiémoko Touré de révéler que la Côte d’Ivoire ne produit que 17% de sa consommation en poissons et 30% de celle en protéines animales. 

Selon lui, “la production animale, la pêche et l’aquaculture, en tant qu’activités génératrices de revenus, s’inscrivent dans la même dynamique, de sortir ou d’éviter que des hommes et des femmes s’enlisent dans le cycle vicieux de la paupérisation par la création d’emplois décents et durable”, a indiqué M. Touré.

Pour combler ce déficit, son département ministériel a élaboré une stratégie nationale qui se traduit par “l’allègement de la pénibilité du travail, la réduction du coût des facteurs de production pour une meilleure rentabilité, afin d’attirer les jeunes dans les différents chaine de valeur du secteur”, a-t-il souligné, faisant observer l’élaboration de la Politique nationale de développement de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture (PONADEPA 2022-2026), qui s’articule autour de cinq axes stratégiques. 

Que sont: “la Stratégie nationale de promotion et de coordination des initiatives en matière de ressources animales et halieutiques (SNPC); la Stratégie nationale de développement des productions animales (SNPA); la Stratégie nationale de gestion durable des pêches (SNGP); la Stratégie nationale de développement de l’aquaculture (SNDA); la Stratégie nationale de renforcement de la santé publique vétérinaire (SNRSPV)”, a cité l’ancien porte-parole du gouvernement. 

Aussi, Sidi Touré a expliqué que l’objectif de la PONADEPA est de réussir le pari “d’un secteur des ressources animales et halieutiques, source de création de richesses, d’emplois décents, pour une alimentation saine, nutritive et suffisante, respectueuse de l’environnement et de la biodiversité”, en vue d’atteindre une nette amélioration de la production nationale dans les différentes filières du secteur.

Cette production représentera, a-t-il dévoilé  plus de 65 % des besoins de consommation des populations en produits animaux et halieutiques en 2026 contre 26,7% en 2019. 

“Ce qui réduira substantiellement les importations en produits animaux et halieutiques et la sortie de devise de plus de 400 milliards FCFA. Elle induira la création de plus de 700 000 emplois directs et 1,5 million d’emplois indirects”, a admis le ministre Sidi Tiémoko Touré. 

Geneviève MADINA