@Informateur- Avant et pendant la guerre en Ukraine le président Français, Emmanuel Macron, aura eu des contacts avec le président russe, Vladimir Poutine, sans parvenir à infléchir sa position, son intention de lancer ses troupes à l’assaut du pays de Zelensky Volodymyr. Alors que le patron du Kremlin parlait clairement de démilitarisation et de dénazification de l’Ukraine qui devenait une réelle menace pour la Russie avec les velléités d’extension de l’OTAN, les occidentaux prêtaient d’autres motifs à cette guerre ; notamment une volonté d’occupation de l’Ukraine. Après avoir réduit de manière significative les capacités militaires et de défense de l’Ukraine, sous l’œil impuissant de l’OTAN, l’heure est aux négociations.

De fait, la Russie a atteint militairement son but, et veut maintenant par le biais de ces négociations parvenir à un accord qui fera de l’Ukraine un pays neutre, et inoffensif à ses portes. Finie donc l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Fini également tout projet de réarmement de ce pays à qui les occidentaux ont fait miroiter des choses qu’ils n’étaient pas capables d’assurer. Le pauvre Zelensky Volodymyr a dû se rendre compte à regret et avec du recul qu’il a mené béatement son pays à la ruine.

A(re)lire Guerre en Ukraine: La Russie ne paiera pas seule les sanctions des occidentaux

En effet, les délégations russe et ukrainienne ont entamé leurs pourparlers mardi à Istanbul, en Turquie. «Les deux parties ont des préoccupations légitimes, et il est possible de parvenir à une solution acceptable pour la communauté internationale», a indiqué mardi le président turc, Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier réussit ainsi le coup du parfait médiateur, du moins facilitateur.

Si un accord venait à être trouvé dans les jours à venir, ce sera à l’honneur de la Turquie qui, bien que membre de l’OTAN, n’a pas suivi les occidentaux dans les sanctions contre la Russie. Un choix qui montre clairement l’indépendance de ce pays, 11é puissance militaire mondiale, vis-à-vis des Etats-Unis et de l’Union européenne.

Alfred SIRIMA