Le Coebci reçu par l'ex-président du Faso (Image d'archive)

@Informateur- L’histoire est un peu cocasse eu égard à la qualité et la respectabilité de ses acteurs. De fait depuis pratiquement un an que le poste de président du Conseil des opérateurs économiques burkinabè en Côte d’Ivoire (COEB-CI) est vacant, l’association peine à organiser la succession de elhadj Moussa Ouédraogo.

Pourtant, avant même le terme de son mandat, le 8 décembre 2022, le président Moussa Ouédraogo dont il faut saluer le mérite d’avoir réussi à porter sur les fonts baptismaux cette structure et de lui avoir donner une certaine visibilité a envoyé à ses camarades des signaux de son départ. Finalement, en mai 2022, l’homme a indiqué officiellement qu’il n’est pas candidat à sa propre succession.

Depuis lors, le Conseil est entré dans une léthargie. Plus d’activités visibles, plus de siège officiel, plus de secrétariat, plus de site web et plus de page facebook. Le passage de témoin semble difficile, et la vie de la structure elle-même semble s’être arrêtée avec le départ de celui qui l’a porté à bout de bras et qui lui a consacré de son temps et de son énergie.

A(re)lire Présidence du COEBCI : Moussa Ouédraogo quitte les commandes

Pourtant, ce ne sont pas des personnes ressources et de grande qualité qui manquent au sein du Conseil. Des stylistes de renommée tels Pathé’O, et St Joe, aux hommes d’affaires, Issaka Sawadogo de la Société STIB, Salogo Brahima des sociétés EGCOB et SOCAD, Issaka Kindo de la Société Kindo et Fils Corporation, Bernard Bonané de ITR, et Madi Ouédraogo de la société SERFIN, voici quelques illustres membres de ce Conseil.

D’où vient-il alors que ce Conseil, première association des hommes d’affaires burkinabè à voir le jour en Côte d’Ivoire et qui a réussi la prouesse d’être reçue à Kosyam en 2019 par l’ex-président Roch Marc Christian Kaboré, soit dans une telle situation aujourd’hui? Pourquoi ces noms, pris individuellement, force l’admiration chacun dans son domaine d’activité mais collectivement n’arrivent à rien?

Le 8 décembre prochain, le COEBCI aura 4 ans, avec le poste de son président vacant. Il est loisible à ses membres de se poser des questions, les bonnes surtout et d’y répondre.

Alfred SIRIMA