@Informateur- Au dernier trimestre de 2021, Rafi Dermardirossian, patron de la société Aranko Security, a bénéficié d’un contrat de commande d’armes de plusieurs milliards de francs CFA. Le processus était en cours lorsque le coup d’État du MPSR est intervenu.
Selon le Courrier Confidentiel du 15 mars 2022, l’homme d’affaires qui avait quitté le pays aux premières heures de l’avènement des militaires au pouvoir, est de retour à Ouagadougou.

Récemment encore Jeune Afrique a parlé du marchand d’armes en indiquant qu’il a disparu des radars après la chute du régime de Roch Marc Christian Kaboré. Selon une autre source, le Franco-Libanais est à Ouagadougou, comme l’a écrit le Courrier Confidentiel. Du reste, il n’a aucun intérêt à prendre la poudre d’escampette puisqu’il ne fait pas l’objet de poursuites judiciaires et n’est pas non plus activement recherché.

Qu’il soit à Ouaga, Niamey Libreville, Beyrouth, Paris, Erevan ou Dublin, le plus important est qu’il puisse exécuter le marché et livrer les milliers de Kalachnikov aux forces de défense et de sécurité (FDS) qui en ont besoin pour traquer les groupes armés. Le général Barthélémy Simporé, ministre de la Défense, est toujours en poste et doit veiller à la bonne exécution du contrat d’autant que c’est lui qui avait signé les documents pour les commandes de 5600 kalach. Le flop dans la commande des hélicoptères est encore frais dans les esprits.

Bon vendredi de prière.
Force et courage aux FDS et à toutes ces populations en proie aux terroristes.
Tôt ou tard, le Burkina vaincra.
Adama Ouédraogo dit Damiss
Journaliste et écrivain