Image d'archive

@Informateur- Dans un post qu’il a publié sur sa page Méta, ce mercredi 13 juillet, Lengha Fils reprend à son compte l’idée d’une distribution des armes aux populations pour se défendre contre les djihadistes. Cette option dont il évalue la mise en place avec quelque 100 milliards FCFA pourrait, selon lui, permettre au pays de reprendre le contre du territoire. Ci-dessous son argumentaire.

Depuis le temps de Roch, l’idée de distribuer des armes aux populations avait été écartée. Le motif évoqué était que les populations utiliseraient les armes contre le pouvoir ou à des fins de grand banditisme à la fin de la guerre.

Je veux rappeler qu’au temps de la révolution, il y a eu une distribution à grande échelle d’armes aux comités villageois de défense. Dans chaque village à l’époque, il y avait un groupe de jeunes qui était régulièrement entrainé, encadré sous le commandement d’un homme de tenue de profession. Ces jeunes constituaient la force villageoise de défense. Ils étaient tous armés et assuraient à tout moment la sécurité des populations, des biens et l’application des mesures de la révolution.

Mais à la fin de la révolution, ces armes ont-elles été utilisées contre le pouvoir des rectificateurs ? NON. Le grand banditisme avait-il été fécond après la révolution ? NON. Toutes les armes avaient été récupérées puisqu’on savait exactement qui avait été bénéficiaire d’une arme.

A(re)lire Burkina/Justice: Pourquoi Blaise Compaoré ne viendra pas à son procès (Lengha Fils)

Je crois que la meilleure manière de contrôler la circulation des armes, c’est de savoir légalement qui en détient. Distribuez les armes légalement et vous savez qui détient une arme. Le contrôle est plus facile et le retrait aussi très aisé. 

Mais lorsque la population elle-même est obligée de s’en approprier souvent dans le marché noir, on ne sait pas qui détient une arme et c’est là que le suivi est impossible et l’utilisation à d’autres fins très possibles.

Aujourd’hui le Burkina Faso compte 3000 villages. Si on impose la constitution d’un comité de 10 jeunes par village. Ça fera 30 000 jeunes à qui on remettra 30 000 G3. Le prix d’une G3 varie entre 2000 à 2500 euros en France. Si on va dans les pays comme la Turkie, on pourrait en avoir moins cher.

Prenons le prix moyen de 2 250 Euros. Les 30 000 G3 feront 67 500 000 Euros soit 44 212 500 000 FCFA. Est-ce que 44 milliards est une somme impossible sur le budget actuel de la défense du Burkina Faso ? A cela, on peut prévoir 20 milliards par an pour les munitions.

Dans la loi des finances 2022, le budget de la défense et de la sécurité représente 20% du budget total soit plus de 590 milliards FCFA.

Si on rémunère chaque jeune de 50 000 FCFA par mois, on aura 30 000 x 50 000 = 1,5 milliards FCFA  par mois et par an 1,5 x 12 = 18 milliards FCFA.

Au total donc cette mesure va couter :

– Armes : 44 milliards

– Munitions : 20 milliards

– Primes : 18 milliards

– Logistiques : 10 milliards

– Divers : 8 milliards

Grand total : 44 + 20+18+10+8 = 100 milliards FCFA par an. Je rappelle que le budget de la défense pour 2022 fait plus de 590 milliards FCFA.

Pour la 2e année, le Grand total ferait : 100 – 44 = 56 milliards puisque les armes payées en N pourront être utilisées sans soucis en N+1 et voir même N+2.

A(re)Lire  Lengha Fils à la jeunesse burkinabè: «Ne soyez pas comme des préservatifs pour les politiques»

Finalement sur une période 2 ans, le grand total fera 100 + 56 = 156 milliards Fcfa. En 2 ans, à défaut d’en finir, on pourrait sérieusement reprendre le contrôle de notre territoire. Et ça coûtera quoi de pérenniser cette opération à long terme?

Pensez-vous que s’il y avait la toute petite résistance dans chaque village, les terroristes allaient faire ce qu’ils veulent ? C’est parce qu’il n’y aucune résistance qu’ils font ce qu’ils veulent. Aux coups de feu, c’est la débandade dans les localités laissant libre court aux terroristes de faire ce qu’ils veulent.

Un fichier des armes bien suivi peut être une solution pour éviter les risques liés à la distribution massive des armes aux populations.

Source : Page Méta Lengha Fils