Le président Seydou Kiébré au centre, entouré du Trésorier général et du Conseiller technique.

@Informateur- Snobée par le Conseil du Café cacao contre qui elle n’a de cesse de porter des critiques sur sa gestion de la filière, la Centrale syndicale agricole figure, ce dimanche 7 août 2022, au nombre des invités aux festivités du 62é anniversaire de la Côte d’Ivoire. Légalement constituée, la Centrale syndicale agricole qui représente aujourd’hui la structure de défense collective des producteurs de Café cacao de Côte d’Ivoire, la plus crédible, a été invitée par le protocole d’État de la présidence à prendre part aux festivités de la fête de l’indépendance aux côtés d’autres organisations syndicales.

A(re)lire  Yamoussoukro: Comment le Conseil Café-Cacao a malmené les producteurs convoyés

Un honneur que n’a pas boudé la Centrale Syndicale agricole de Côte d’Ivoire représentée à Yamoussoukro ce dimanche par son président, Seydou Kiébré, son trésorier général, Vamara Bakayoko et son Conseiller technique Ouattara Logossina. L’invitation de la Centrale Syndicale est la preuve de la considération que l’État de Côte d’Ivoire lui accorde au même titre que toutes les structures dont il a lui-même accordé un agrément.

C’est le lieu de rappeler à la direction du Conseil Café-cacao que le temps où l’on gère des biens publics sans rendre des comptes est révolu. Et qu’un syndicat tel que la loi l’établit a pour rôle de défendre les intérêts d’une profession. En l’occurrence, la Centrale syndicale agricole de Côte d’Ivoire assure la défense des producteurs de Café Cacao. C’est pourquoi, elle ne peut accepter une gestion peu transparente du fonds covid-19 des producteurs, et ne peut se taire devant le non-respect du prix bord-champ du Cacao sur le terrain et la pénurie des sacs. Le faisant, la Centrale syndicale ne défie personne, elle est tout simplement dans son rôle de défense des producteurs.

Alfred SIRIMA